L'Église Unie du Canada

Menu

Notre paroisse se rend à la mosquée!

 

| ARTICLES ET REPORTAGES |

| Par Natalie Istead, pasteure de l’Église Unie de la Grâce |

 

Un soir d’octobre, notre paroisse a rendu visite au Centre islamique de l’Outaouais. L’Église Unie de la Grâce est située dans les Collines de la Gatineau; nous sommes allés à Hull pour voir la mosquée et rencontrer nos voisins musulmans.

 

Des membres de l’Église Unie de la Grâce en visite au Centre islamique de l’Outaouais.

 

Au total, 11 membres de l’Église Unie de la Grâce se sont rendus à la mosquée. Pour notre petite paroisse, c’est beaucoup de gens! « J’avais rencontré des musulmans en Égypte et en Palestine, mais je ne connaissais pas très bien les musulmans canadiens. C’est pour cette raison que j’ai décidé de participer à la visite », a expliqué Joanne Kosmack.

Quand nous sommes arrivés le vendredi soir, le soleil s’était déjà couché et il faisait froid. On nous a accueillis chaleureusement. Après une visite guidée de la mosquée, l’imam Ahmed Limame nous a invités à nous asseoir là où nous serions confortables pour un atelier sur les religions musulmane et chrétienne. Des membres de la communauté sont venus nous rencontrer et parler. « Tout le monde a voulu que nous nous sentions les bienvenus. Ils voulaient que nous posions beaucoup de questions », a précisé Joanne.

Voici quelques aspects importants de notre visite.

 

La nourriture

Nous avons vite découvert une chose que notre paroisse et le Centre islamique de l’Outaouais ont en commun : la bouffe! On nous a offert du pain pita, du houmous délicieux, du fromage et des fruits. Les dialogues interreligieux portent souvent sur la théologie et la théorie, qui sont bien sûr importantes. Cependant, nous avons également été touchés par ces expériences directes : le partage d’un repas et la conversation.

 

Le rôle des femmes

Surtout dans le cadre du débat sur le port de signes religieux, on voit souvent dans les médias l’image de la femme musulmane opprimée. Les musulmans et musulmanes que nous avons rencontrés ont répondu à nos questions. Nous avons appris que cinq femmes siègent au conseil d’administration du Centre islamique de l’Outaouais et que des femmes dirigent plusieurs comités. Le Coran précise que les hommes et les femmes sont des égaux devant Dieu. Il y a des rôles différents pour les hommes et les femmes, mais ceux et celles que nous avons rencontrés ne voient pas ces différences comme étant une question de statut. Il semble que le rôle des femmes musulmanes soit plus complexe et nuancé que ce qui en est souvent véhiculé.

 

Le trilinguisme

Dans notre paroisse à majorité anglophone, nous commençons à connaître les défis et les grandes joies du bilinguisme. Le Centre islamique de l’Outaouais est quant à lui trilingue! « Tous les musulmans doivent apprendre l’arabe pour lire le Coran », s’est étonnée Joanne. Les musulmans sont en effet encouragés à lire le Coran dans sa langue originale et à le mémoriser. Cet accent mis sur l’apprentissage en vue de mieux comprendre un texte sacré nous a rappelé l’importance que les protestants accordaient jadis à l’alphabétisation pour pouvoir lire la Bible. Bien que les prières et le Coran soient en arabe au Centre islamique de l’Outaouais, l’enseignement et les conversations sociales se déroulent en français et en anglais. Au sein de cette mosquée, les trois langues sont importantes pour constituer une communauté d’enseignement, de prière, d’hospitalité et d’amitié.

 

Les religions chrétienne et musulmane

Chaque vendredi, il y a à la mosquée une soirée d’enseignement destinée aux musulmans nouvellement convertis et à ceux qui sont musulmans depuis longtemps, mais souhaitent approfondir leur foi. En l’honneur de notre visite, l’imam Ahmed Limame a traité des liens entre les religions chrétienne et musulmane. Il considère que les chrétiens et les musulmans louent le même Dieu, qui a donné à Jésus le pouvoir de faire des miracles. Pour les musulmans, le Coran seul est infaillible, mais la Bible est une Écriture sainte. Différence centrale, les musulmans ne voient pas Jésus comme étant divin. Pourtant, on dit « que la paix soit sur lui » chaque fois que l’on prononce le nom de Jésus. C’est parce que l’on croit qu’il est prophète. L’imam Ahmed Limame parle de « nos frères et sœurs chrétiens ».

 

L’apprentissage

Notre visite a eu lieu quelques semaines après les élections provinciales au Québec. Le débat sur le port de signes religieux venait d’occuper beaucoup de place dans les médias. Dans ce contexte, cette visite à la mosquée était importante pour que nous soyons des citoyens du Québec bien informés. Elle nous était aussi importante pour notre identité primaire, celle de citoyens du Royaume de Jésus.

Jésus nous a dit : « Et voici le second commandement, qui est d’une importance semblable : “Tu dois aimer ton prochain comme toi-même.” » (Matthieu 22 : 39, BFC) Pour aimer nos voisins, faire leur connaissance est un bon début. Notre visite à la mosquée était également une occasion de grandir dans notre foi chrétienne. En apprendre davantage à propos d’une autre religion nous incite à réfléchir à nos propres croyances et pratiques religieuses.

Nous avons beaucoup aimé notre visite au Centre islamique de l’Outaouais et nous sommes reconnaissants à l’imam Ahmed Limame et aux membres de la communauté de nous avoir accueillis!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *