L'Église Unie du Canada

Menu

Actualités

Kwame Nkrumah

Kwame Nkrumah.
Archives nationales (Royaume-Uni), OGL v1.0.

Pionnier du nationalisme africain et du panafricanisme, Kwame Nkrumah joua un rôle déterminant dans l’émancipation de l’Afrique. Artisan de l’indépendance du Ghana en 1957, il a aussi participé activement à la conférence de Bandung et obtenu le soutien des pays d’Asie envers les colonies africaines (afro-asiatisme).

Après des études en Angleterre et aux États-Unis, il milite pour l’émancipation de l’Afrique et fait figure de pionnier du nationalisme panafricain en participant notamment en 1945 au Congrès Panafricain. Après son retour en Côte-de-l’Or en 1947, il fonde un nouveau parti indépendantiste, le CPP (Convention People’s Party), appelle au boycott et à la désobéissance civile, comme Gandhi en Inde, ce qui lui vaut d’être emprisonné.

En 1951, suite à sa victoire aux élections législatives, il est libéré et devient Premier Ministre, collaborant avec les autorités britanniques, développant l’éducation et la santé à partir des excédents commerciaux de l’exportation du cacao, une des principales richesses du pays. Un nouveau succès aux législatives de 1956 lui permet de forcer les britanniques à accorder l’indépendance de la Côte-de-l’Or, deuxième colonie africaine noire à être décolonisée, le 6 mars 1957, un an après le Soudan. Il donne au pays symboliquement le nom de Ghana, en hommage au puissant empire du Ghana.

Il développe alors ses projets panafricains pour l’émancipation de l’Afrique et pour la création d’États-Unis d’Afrique. Il soutient son collègue, Ahmed Sékou Touré, président de la Guinée, qui refuse d’adhérer à l’Union Française et fait de la Guinée, la première colonie d’Afrique noire française indépendante. Ainsi, il réalise une union entre Ghana et Guinée en 1959, rejoint par le Mali de Modibo Keïta en 1960, qui restera purement symbolique. Il participe en 1963 à la rédaction de la charte de création de l’OUA (Organisation de l’unité africaine) mais ses idées fédératrices ne sont pas retenues.

Sur le plan national, la phase libérale du début des années 60 et des erreurs économiques conduisent le pays à la crise. Nkrumah devient alors de plus en plus autoritaire et son régime se transforme en dictature. Après avoir adhéré au mouvement des non-alignés au début des années 60, il socialise progressivement l’économie et oriente le Ghana vers le bloc de l’est. Isolé politiquement sur le plan national et international, il est renversé par un coup d’état en 1966 lors d’un voyage en Chine et finit sa vie en exil en Roumanie, en 1972.

 

• Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kwame_Nkrumah

Une réponse à

  1. Jean-Frédéric Porret says:

    Parfait merci je lis avec plaisir
    Jean Porret

Répondre à Jean-Frédéric Porret Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *