L'Église Unie du Canada

Menu

Une prière pour les Femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

 


Ah, Dieue de compassion et de justice qui entends le cris des Familles, communautés et Peuples des Filles et Familles disparues et assassinées
Que leurs cris pour la Justice et la Vérité deviennent les nôtres


C’est sous le titre Réclamer notre pouvoir et notre place qu’a été déposé le 3 juin le rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

Plus de 2 380 membres de famille, survivantes de la violence, experts et Gardiens du savoir ont été entendus au cours de cette démarche de consignation de la vérité. Ce qui s’y révèle : « les violations persistantes et délibérées des droits de la personne et des droits des Autochtones, et les abus qui en découlent, sont à l’origine des taux effarants de violence envers les femmes, les filles et les personnes 2ELGBTQQIA autochtones. »

Statistiques Canada avait déjà observé que le taux d’homicides était près de six fois plus élevé pour les femmes autochtones que pour les femmes allochtones. L’enquête a retracé dans toutes ses ramifications et ses dimensions ce qui se dessine comme un « génocide planifié, fondé sur la race, l’identité et le genre ».

Le terme génocide a beaucoup fait réagir. Une exagération? Avant de contester le choix des mots, il y a tant à apprendre, à comprendre et à reconnaître!

Dans une lettre à l’Église Unie du Canada, le modérateur Richard Bott et la pasteure Maggie Dieter, ministre exécutive, Ministères et justice autochtones, ont exhorté les membres non autochtones de l’Église Unie et leurs proches non autochtones à d’abord lire le rapport. Celui-ci est en trois volumes : le volume 1a offre une ample mise en perspective historique et sociale des témoignages reçus et invite à « Mettre l’accent sur les relations pour éradiquer la violence »; le volume 1b est soutenu par le thème « Guérir les familles, les communautés et les Nations »; un volume complémentaire sur le Québec traite d’enjeux particuliers dans cette province. Une version sommaire du rapport permet de faire un survol.

Quand la réalité est inacceptable, il y a, en vue d’agir, la prière…

 



LAMENTATIONS ET ESPÉRANCE*

Grand Esprit Créateure, Gitchi M’nido

Aujourd’hui nous avons le cœur lourd de tant de souffrances encore dévoilées et que nous devons assumer comme églises, personnes, pays et société.

Viens nous conduire dans Ton Amour, pour marcher ensemble
sur le chemin de Ta Justice et embrasser Ta vérité,
celle qui fait mal, nous met à nu et nous libère

Nous te disons MERCI, Père et Mère de toute Vie,
Toi, soutien et Espérance, Libératrice des opprimées,
d’avoir donné aux Familles et aux Filles Autochtones assassinées et disparues, ainsi qu’à leur Communautés et Peuples,
le courage déchirant de s’être avancées
et du plus profond de leur peine, de leur cœur, de leur âme
d’avoir murmuré, prié, crié,
leur appel à la Justice, à la Vérité,
Justice refusée, Vérité enterrée, sanglante et sale des abus et crimes
sans suite ni justice

Ah, Dieue de Vie, toi qui en Jésus a embrassé notre humanité, vécu la libération des captives et des opprimées, levé le rejet des Femmes stigmatisées, exclues et lapidées,
manifesté respect et compassion

Que leurs enfants, Filles et Femmes disparues deviennent les nôtres!

Ah, Dieue de compassion et de justice qui entends le cris des Familles, communautés et Peuples des Filles et Familles des Peuples Autochtones disparues et assassinées

Que leurs cris pour la Justice et la Vérité deviennent les nôtres !

Toi qui donnes Voix aux sans voix, et nous appelle à l’Amour et à la Justice
Délivre-nous de notre complicité par ignorance, indifférence ou silence indécis, pardon de nous dérober, d’être défensif, tiède ou incrédule
que leurs refus de silence et de résignation devant l’inacceptable devienne le nôtre

Par tes prophètes Tu as dit : Vous dites « Paix Paix » et il n’y a pas de Paix
Nous disons « Justice, Justice » et il n’y a pas de Justice…

Qu’aujourd’hui nous entendions Ton appel à travers le leur,
qu’il soit le nôtre,
c’est notre façon de vivre ton Amour,
Donne-nous la force du Christ vivant qui fait droit aux opprimées
et nous invite toutes et tous à une même Table de Vie
Garde-nous ô Dieue de toute création, ô Gitchi M’nido
Amen!

– Prière rédigée par Pierre Goldberger, pasteur

*Cette prière est au féminin. Nous brisons la contrainte de la langue française qui s’accorde au masculin. De même, les Majuscules sont intentionnelles.

Une réponse à

  1. Jean-Frédéric Porret says:

    Merci pourcette si riche et profonde réflexion A toi Pierre qui as si longtemps marché avec eux, ta mémoire vive et à vif nous alimente. Jean Porret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *