L'Église Unie du Canada

Menu

Une prière pour la création du registre des enfants autochtones morts dans les pensionnats

 


Grand et céleste Esprit,
Dieu de compassion, de guérison et de réconfort.

Nous élevons dans la prière les vies sacrées de ces enfants décédés alors qu’ils étaient dans les pensionnats; plusieurs d’entre eux nous sont désormais connus mais tous et toutes sont connus de toi depuis toujours et à jamais.


 

Le 30 septembre, a eu lieu une cérémonie au cours de laquelle le Centre national pour la vérité et la réconciliation a révélé lundi les noms de 2 800 enfants autochtones morts dans des pensionnats fédéraux tenus par des communautés religieuses.

La cérémonie s’est déroulée en présence de chefs autochtones et de survivants des pensionnats. Des représentantes du Conseil national des aînés et des aînées autochtones, du Conseil national autochtone et du Conseil général de l’Église Unie y ont assisté.

La création de ce registre constituait l’un des 94 appels à l’action contenus dans le rapport de la Commission de vérité et réconciliation, publié en 2015.

On estime à 150 000 le nombre d’enfants autochtones qui ont séjourné dans les pensionnats.  Les noms de 1 600 enfants dont la mort a été confirmée ne figurent pas dans le registre, car ceux-ci restent anonymes. Des centaines d’autres ont disparu sans qu’on n’en ait encore retrouvé les traces.

Pour accompagner les efforts en vue d’une juste réparation, il y a la prière.

 


UNE PRIÈRE COMMÉMORATIVE POUR LES ENFANTS DE CE TERRITOIRE

Grand et céleste Esprit,
Dieu de compassion, de guérison et de réconfort.

Nous élevons dans la prière les vies sacrées de ces enfants décédés alors qu’ils étaient dans les pensionnats; plusieurs d’entre eux nous sont désormais connus mais tous et toutes sont connus de toi depuis toujours et à jamais.
Nous élevons dans la prière les vies sacrées des enfants disparus dans ces établissements et dont le sort est demeuré inconnu des personnes qui les chérissaient plus que tout au monde.
Nous pleurons la perte de milliers de ces tout petits, à jamais égarés loin de leur foyer.
Nous pleurons la perte de toute cette jeunesse porteuse de tant de possibilités. C’était des enfants d’ici, des enfants du territoire où nous vivons. La perte de leurs dons jamais actualisés est notre perte collective.
Nous nous lamentons de ce que leurs familles aient dû attendre si longtemps, hantées par des questions laissées sans réponses.

Entends nos prières :
pour les personnes qui n’ont jamais été informées de la mort de leur enfant ou qui l’ont été bien longtemps après;
pour les personnes qui n’ont jamais su à quel endroit leur fille ou leur fils avait été inhumé;
pour les personnes qui, si longtemps, ont espéré que leur enfant disparu ait survécu, d’une façon ou d’une autre, et qu’elle ait pu ou qu’il ait pu avoir une belle vie, même si en leur for intérieur la crainte du pire les étreignait.

Nous nous lamentons de notre complicité dans la perte de ces enfants. En tant que membres d’une Église qui administrait des pensionnats, nous te demandons de nous aider à redresser les torts causés de multiples façons par notre Église aux enfants autochtones, à leurs familles et à leurs communautés. Nous prions pour que ton amour réconciliateur nous montre la manière de tisser des relations authentiques de communauté et de compréhension entre les populations autochtones et allochtones d’aujourd’hui.

Nous élevons dans une prière de gratitude les efforts de tous ceux et celles qui désirent honorer les vies de ces enfants décédés, comme celles des enfants dont le sort nous est toujours inconnu, au moyen d’incessantes recherches et de gestes commémoratifs.
Nous te demandons de continuer à les guider dans leurs enquêtes sur les histoires de ces enfants disparus. Nous savons combien de tels renseignements sont précieux, indispensables même pour la guérison de tant de familles et de communautés.
Bénis celles et ceux qui s’apprêtent à honorer ces enfants au moyen de cérémonies sacrées, bénis les personnes qui ont souci de la protection des lieux d’inhumation selon les traditions des peuples autochtones partout en ce territoire.

Nous prions pour les familles de ces enfants et pour tous ceux et celles qui les aimaient. Enveloppe-les dans la tendre chaleur de ton infinie sollicitude et accorde-leur la paix.
Inspire-nous tous et toutes par ton énergie, ta sagesse et ton indéfectible présence dans la quête amoureuse de la vérité : ainsi trouverons-nous tous et toutes la guérison de nos blessures et parviendrons-nous à la réconciliation avec notre prochain partout en ce territoire.

Amen.

— Prière offerte par les Ministères autochtones lors du lancement, le 30 septembre 2019, du registre commémoratif des enfants décédés dans les pensionnats, dans la foulée de l’appel à l’action 72 de la CVR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *