L'Église Unie du Canada

Menu

Actualités

Un Seder interreligieux à Sherbrooke

Le rabbin Laurence Edwards et le pasteur Samuel Dansokho lors du Seder interreligieux célébré le 29 mars 2018 à l’Église Unie Plymouth-Trinity, à Sherbrooke.

Protestants, juifs, catholiques, musulmans et participants sans allégeance religieuse se sont rassemblés jeudi dernier à l’occasion de la fête de Pessa’h et de la Semaine sainte, répondant ainsi à une invitation ouverte de l’Église Unie Plymouth-Trinity et du pasteur Samuel Dansokho. Les gens sont venus encore plus nombreux qu’on l’espérait, et des tables ont vite été ajoutées dans la salle communautaire de la paroisse.

Dans la tradition judaïque, le Seder est un repas festif cérémoniel accompagné d’un récit, la Haggadah, qui raconte les temps forts de l’Exode et ritualise le passage de l’esclavage à la liberté. Il vise tout particulièrement la transmission de cette mémoire d’une génération à l’autre. Plusieurs enfants étaient d’ailleurs présents avec leurs parents au rituel conduit par le rabbin Laurence Edwards*, ami de longue date du pasteur Dansokho.

S’il se fonde sur 15 étapes et des symboles très précis – par exemple, des herbes trempées dans l’eau salée qui représentent les larmes de la souffrance, mais aussi le retour du printemps et de l’espoir –, chaque Seder est unique. La version de la Haggadah prise comme référence à Sherbrooke comportait les mentions traditionnelles en hébreu, ainsi que des chants et des prières en français et en anglais. Le Seder est un rituel très participatif, et chaque geste est destiné à ce qu’on en comprenne le sens au fur et à mesure du repas.

« Pour moi, en tant que Sénégalais, c’est vraiment extraordinaire, parce que je suis d’une civilisation et d’une culture orales », s’est réjoui le pasteur Dansokho. « Et j’ai été gâté d’entendre le griot, Larry, nous mettre au défi d’être à la place de ceux qui ont souffert, de ceux qui sont opprimés, afin non seulement que nous nous abstenions d’oppression et d’opprimer les autres, mais que nous sentions que nous sommes responsables de paroles de libération et d’agir aussi en tant que personnes qui chérissent la paix, la justice et la fraternité. »

L’Église Unie Plymouth-Trinity réunit des anglophones et des francophones de plusieurs générations et de différentes origines qui sont établis ou de passage en Estrie. Fruit d’une amitié entre un pasteur protestant et un rabbin, ce Seder a été un moment de joie et de réflexion convivial, qui a certainement contribué à renforcer les liens interreligieux qui se nouent au sein de la communauté sherbrookoise.

« J’espère qu’on encouragera les gens à prendre le risque de se connaître les uns les autres et à accepter leurs vulnérabilités, à accepter de visiter ces endroits-là où on a besoin de libération. Ce n’est jamais fini, c’est l’histoire de toute une vie », a conclu le pasteur Dansokho à la fin de l’événement.

— Suzanne Grenier

*Rabbin émérite de la congrégation Or Chadash, fondée dans les années 1970 par des membres de la communauté juive LGBT, le pasteur Laurence Edwards enseigne à l’Université de l’Illinois à Chicago, ainsi qu’à DePaul University et au Hebrew Seminary of the Deaf.

2Réponses

  1. Fowlis says:

    It was an awesome evening.

  2. Linda Buchanan says:

    Truly awesome 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *