L'Église Unie du Canada

Menu

Un magnificat pour la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

 


Dieu est venu en aide à son peuple en Jésus Christ,

Celui qui a touché de compassion toutes les femmes qu’il a côtoyées.

Il a tracé une ligne dans le sable pour mettre fin à la violence.


 

Le 6 décembre 1989, Marc Lépine entre dans une salle de classe à l’École Polytechnique de Montréal et ouvre le feu tuant 14 femmes avant de s’enlever la vie. La nouvelle passe en continue sur nos petits écrans et envoie une onde de choc qui  se fait sentir d’un océan à l’autre… jusqu’à l’Université de la Colombie Britannique où j’étais alors étudiante. Quatorze femmes nées entre 1958 et 1968! Des femmes de mon âge, de l’âge de mes amies! Ça aurait pu être moi. Ça aurait pu être nous.

C’est nous! L’Organisation mondiale de la santé estime que 35 % des femmes, soit plus d’une femme sur trois, déclarent avoir été exposées à des violences physiques ou sexuelles de la part de leur partenaire intime ou de quelqu’un d’autre au cours de leur vie. Quel serait le pourcentage si on comptait toutes les femmes qui ne dénoncent pas la violence dont elles sont victimes?

Depuis 1991, le 6 décembre est reconnu comme la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes qui clôture plusieurs journées d’activisme contre la violence fondée sur le sexe.

Presque trente ans plus tard la violence faite aux femmes continue à détruire des vies et à faire la une des fils d’actualités. Faut-il en désespérer ? Car tous ces hashtags –  #NeverthelessShePersisted, (« Néanmoins, elle persista » ) #MoiAussi, #jeudisennoir – ne sont-ils pas autant de signes que de plus en plus de femmes trouvent leur voix, et une voie pour dénoncer la violence et les injustices dont elles sont victimes ? Debout, solidaires, non seulement elles proclament qu’un autre monde est possible, mais elles réclament un monde de paix, d’équité et de justice pour toutes et tous.

En ce temps de l’Avent, elles me font penser à Marie, cette femme qui faisait partie des sans-voix de son époque. Elle aurait pu finir victime de violence. Heureusement, depuis toujours, il y a des Joseph, des hommes qui croient le témoignage des femmes et qui résistent, eux aussi, à la pression sociale. Des hommes qui n’ont pas peur de soutenir des femmes dans la réalisation du plan de Dieu pour elles (Matthieu 1, 18-25). Marie trouve sa voie et sa voix et annonce haut et fort qu’à travers elle, Dieu est en train de virer le monde à l’endroit (Luc 1, 46-55). Fini la violence! Les puissants tomberont tous! Les faibles seront relevés et, à travers elle, toutes les générations seront bénies.

Faisons écho à sa voix…

 


Magnificat pour un monde sans viol ni violence

 

Mon âme exalte l’Éternel,

Mon esprit est rempli d’action de grâce

à cause de Dieu, mon Sauveur!

Il n’a pas détourné le regard mais s’est penché vers moi.

Oui, désormais toutes les générations le sauront :

néanmoins, elle persista!

Parce que Dieu a fait pour moi de grandes choses :

donnant force et courage aux voix des sans-voix

Saint est son nom.

Sa bonté s’étend de génération en génération

sur celles et ceux qui osent se tenir debout, solidaires.

Dieu est intervenu de toute la force de son bras et de toute la tendresse de son amour.

Les imposteurs sont démasqués!

Tombent les puissants qui se croyaient intouchables.

Leurs empires s’écroulent.

Les victimes sortent de l’ombre :

leurs #MoiAussi retentissent dans tous les fils d’actualités,

réclamant un monde sans viol, ni violence.

Dieu est venu en aide à son peuple en Jésus Christ,

Celui qui a touché de compassion toutes les femmes qu’il a côtoyées1.

Il a tracé une ligne dans le sable pour mettre fin à la violence2.

Solidaire de toutes les victimes, il a subi la violence.

Mais la violence n’aura pas le dernier mot.

Notre Dieu est délivrance!

Dieu se souvient de ses promesses :

Paix sur la terre!

Amour entre tous les humains. Amen.

 

– Prière présentée et rédigée par Darla Sloan, pasteure

 

1 Voir, par exemple : Matthieu 8, 14-15; Marc 5, 21-43 ; Luc 7, 36-48 ; Jean 4, 1-42

Jean 8, 1-11

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *