L'Église Unie du Canada

Menu

Actualités

Un défi pour l’Église : accueillir des « étrangers » alors que règne un climat de peur

 

Compte-rendu de Kristine Greenaway

Dans un climat de peur croissant à l’endroit des personnes réfugiées et immigrantes, le Conseil œcuménique des Églises (COE) demande aux chrétiens et aux chrétiennes d’accomplir leur devoir « d’accueil de l’étranger », comme l’enseigne la Bible.

Vingt-cinq personnes provenant de 13 pays ont participé à cet événement avec pour but d’explorer des façons de promouvoir un dialogue et des activités multiculturelles à l’échelle des paroisses et des communautés.

IMG_1810Étaient présents cinq représentants et représentantes de l’Église Unie du Canada : Samuel Dansokho (Plymouth-Trinity, Sherbrooke Qc); Félix Birigimana (St-Marc, Ottawa, Ont., membre de l’Exécutif du Conseil général); Angelika Piché (Séminaire Uni); et Janet Sigurdson (Kipling-Windthorst, Kipling, Sask., Conseil des ministères autochtones).

 

Ce séminaire avait pour objectif d’habiliter le personnel ministériel, ordonné et laïque, à œuvrer au sein de communautés de plus en plus multiculturelles. La formation théologique, la liturgie et les dynamiques intergénérationnelles dans les paroisses de personnes migrantes figuraient parmi les sujets traités. L’objectif était de favoriser, tant chez ces paroisses que chez les paroisses bien établies, une capacité de surmonter la peur et la méfiance envers les personnes différentes, et de créer des communautés inclusives et accueillantes.

L’événement, organisé par Katalina Tahaafe-Williams, responsable du programme migration et mission multiculturelle du COE, a été coparrainé par la Presbyterian Church (U.S.A.) [Église presbytérienne (É.-U.)] et les Ministères en français de l’Église Unie du Canada.

Des représentants et des représentantes de Witnessing Together  [Témoigner ensemble], un regroupement de plus de quatre-vingt-dix paroisses de personnes migrantes de la région de Genève, ont souligné un certain nombre de partenariats avec des paroisses établies de longue date qui ont mené à la mise en place d’activités communes, comme des cultes dominicaux en commun offerts sur une base régulière, et des événements conjoints pour les enfants et les jeunes.

Le COE souhaite œuvrer davantage dans l’arène du ministère multiculturel en vue d’amener les paroisses établies et les paroisses de personnes migrantes à travailler ensemble afin de contrer la vague croissante de xénophobie et d’intolérance qui déferle dans le sillage des migrations massives de réfugiés et d’incidents violents.

  1. À la suite des attentats perpétrés à Paris le vendredi 13 novembre, la population de la France a reçu un appui massif des Églises du monde entier, y compris l’Église Unie du Canada.

Quelques faits saillants : La modératrice Jordan Cantwell a offert une prière pour Paris et lancé un message aux paroisses de l’Église Unie appelant à la « résistance ancrée dans l’amour ». Kristine Greenaway et Angelika Piché, qui étaient à Paris pour une rencontre avec des partenaires œcuméniques, étaient présentes le 16 novembre, à la Maison du protestantisme, lors de la minute de silence.

  1. David Fines sera à Paris pour couvrir la COP 21 pour Aujourd’hui Credo, et pour les pages Facebook des Mif et de La Passerelle. Il affichera ses billets quotidiennement dans ces médias sociaux, en alternance. Nous vous invitons à lire ses commentaires sur cet événement de grande importance!

Une réponse à

  1. […] Ces chiffres ne tiennent pas compte du parrainage de réfugiés issus d’autres régions du monde. Car il s’agit d’une entreprise de longue haleine, gigantesque, qui demande des années et des années de travail. En tant que communautés de foi, l’accueil des réfugiés est depuis longtemps au cœur de nos convictions et de notre vie collective, comme en témoigne une réflexion de Kristine Greenaway sur le défi qu’il représente. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *