L'Église Unie du Canada

Menu

Actualités

Révision globale: le rapport final, ses annexes et les recommandations

CRTG_Twitter_FR-5-300x151Après deux ans
d’étude et de consultation intensives, le Groupe de travail sur la révision globale recommande des changements majeurs à l’Église Unie du Canada qui revitaliseraient et renforceraient les ministères, simplifieraient la gouvernance et l’administration et amèneraient l’Église à vivre selon ses moyens. « Nous croyons que Dieu est en train de générer de nouvelles choses et nous invite à faire des changements de la plus grande importance afin de participer pleinement à Sa Mission », explique la pasteure Cathy Hamilton, présidente du groupe de travail. « Notre structure organisationnelle actuelle n’est tout simplement pas viable, tant sur le plan du bénévolat que sur le plan financier. »

« À la suite d’une consultation générale au sein de toute l’Église, nous recommandons l’adoption de six changements d’envergure portant sur le fonctionnement de l’Église et ses priorités. À notre avis, ces changements feraient entrer l’Église de bon pied dans le 21e siècle et nous permettraient d’accéder à de nouvelles possibilités et de créer de nouveaux ministères », précise la présidente du groupe de travail.

Consultez le rapport final, ses annexes et les recommandations .

La traduction du rapport, intitulé « L’Église… unie dans l’œuvre de Dieu » et ses annexes sera mis en ligne aux dates suivantes : les annexes 3 (Un renouveau et des exemples de nouveaux ministères) et 5 (Un modèle à trois conseils), le 11 mars 2015; les annexes 8 (Les réseaux) et 10 (Les finances), le 18 mars 2015; et le rapport, le 24 mars 2015. Veuillez noter que les annexes constituent les pièces maîtresses du rapport et complètent les recommandations et les propositions maintenant affichées en ligne. Elles constituent donc des documents d’importance.

L’une des recommandations clés propose que l’Église s’engage à soutenir une initiative qui a pour titre provisoire « Discerner l’Esprit » avec l’objectif de renouveler son centre spirituel, tout comme l’Esprit a renouvelé celui des disciples par l’expérience de la Pentecôte. Cette recommandation reflète la position du groupe de travail selon laquelle les efforts exercés pour alléger les structures et les processus de l’Église revitaliseraient les ministères, partout dans le monde. À cette fin et selon la recommandation, des ressources importantes, soit 10 pour cent des dons annuels au Fonds Mission et Service, seraient consacrées au soutien de nouveaux ministères et de nouvelles formes de ministères.

Le groupe de travail émet également les recommandations suivantes :

  • Que l’Église accorde une haute priorité à la création de liens entre les peuples autochtones et non autochtones fondés sur la réciprocité, le respect, l’équité, et qu’elle continue à mettre en pratique ses excuses aux Premières Nations de façon concrète.
  • Que l’Église réduise sa structure de gouvernance de quatre assemblées décisionnelles à trois conseils, avec un conseil ecclésial et des conseils régionaux dont le mandat serait de fournir soutien et services aux communautés de foi. Les communautés de foi incluraient les paroisses, telles que nous les connaissons, ainsi que d’autres formes de communautés chrétiennes.
  • Que soit créé un Collège ministériel qui aurait pour mandat de certifier, de superviser et de veiller à la discipline du personnel ministériel. Tous les membres du personnel ministériel occupant un poste rémunéré seraient membres du Collège, lequel serait gouverné par un conseil composé d’un nombre égal de membres du personnel ministériel et de laïques.
  • Un groupe de travail formé de membres du personnel ministériel serait mis sur pied pour étudier l’idée de créer une association ministérielle qui offrirait un soutien au personnel ministériel et favoriserait la collégialité entre les membres.
  • Que l’Église ne dépense que ce qu’elle reçoit et réduise ses dépenses d’au moins 11 millions de dollars, en rapport aux niveaux de dépenses de 2015. Les communautés de foi paieraient une cotisation annuelle qui couvrirait les frais de gouvernance et de services de soutien, et les dons au Fonds Mission et Service ne seraient utilisés que pour financer les activités de ministère et de mission, telles que les ministères de mission mondiale et de présence.

Le 42e Conseil général discutera des recommandations émises par le groupe de travail ­– ainsi que de toute autre proposition – et prendra des décisions à leur sujet lors de son assemblée qui aura lieu du 8 au 15 août 2015, à Corner Brook, à Terre-Neuve.

Dans cet esprit de consultation qui a été le fondement même de ce travail, les gens de toute l’Église sont invités à prendre connaissance du rapport et à discuter de son contenu au cours du printemps, en paroisse, en consistoire et en synode. Les décisions de l’Église Unie du Canada sont prises de façon collective et il existe au sein des consistoires et des synodes des mécanismes qui permettent d’acheminer d’autres propositions au Conseil général, en vue de l’assemblée de cet été. Nous vous invitons à transmettre vos propositions par ces voies.

« À nos yeux, cette démarche est le travail de toute l’Église et nous savons que nos recommandations proposent des changements importants. Par ailleurs, on n’a cessé de nous demander de faire preuve d’audace et de créativité », ajoute la pasteure Hamilton. « Nous croyons que Dieu est en train de générer de nouvelles choses, et l’Église doit répondre à l’appel pour réaliser la mission de Dieu, au Canada et dans le monde entier. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *