L'Église Unie du Canada

Menu

Actualités

Réflexion du modérateur sur l’euthanasie et le suicide assisté

14 octobre 2014

Toronto : Mercredi le 15 octobre 2014, la Cour suprême du Canada débattra de nouveau de la question de vie et de mort que soulèvent l’euthanasie et le suicide assisté. La cour siège présentement pour entendre un appel de la British Columbia Civil Liberties Association (BCCLA) (l’Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique) pour le cas qui oppose Carter au gouvernement canadien. La BCCLA conteste les lois qui criminalisent les médecins qui aident des personnes lucides et sérieusement malades à mettre prématurément fin à leurs jours.

Une des personnes plaignantes dans ce cas, Gloria Taylor, a été longtemps membre de l’Église Unie. Madame Taylor qui souffrait de la SLA (sclérose latérale amyotrophique) est morte subitement d’une infection en 2012, peu après avoir eu l’autorisation d’obtenir une aide médicale à mourir, une première dans l’histoire du Canada. Plus tard cette décision a été interjetée en appel et renversée en Colombie-Britannique, entraînant ainsi cet appel en Cour suprême.

Dans un blogue affiché cette semaine sur le site Web de l’Église Unie du Canada, le modérateur de l’Église, le pasteur Gary Paterson, nous offre sa réflexion à savoir si l’euthanasie et le suicide assisté devraient ou non être légalisés :

En tant que pasteur de l’Église Unie, j’ai souvent accompagné des gens qui s’accrochaient, parfois fermement, parfois non, à leurs derniers instants de vie. C’est un privilège que de se trouver dans une telle situation – mais cela peut devenir un défi lorsque nous confrontent les questions troublantes qui entourent ce que l’on considère être une « bonne mort ». Également ce que l’on estime être la façon dont une personne peut y parvenir quand la souffrance ou l’invalidité l’empêchent de vivre ses dernières semaines, ses derniers jours ou ses dernières heures sur la terre comme elle le souhaiterait.

À la fin, le pasteur Paterson conclut en ces termes :

Hâter le moment de la mort ne devrait jamais être un premier choix, mais parfois, pour certaines personnes qui doivent subir la souffrance insupportable de la SLA, ou d’une autre maladie parmi des centaines d’affections terminales, ce peut être le bon choix.

En plus du blogue du modérateur qui porte le titre Entrer dans la paix ultime   [PDF: 2 pp/43 Ko], l’Église a également affiché un document de base   [PDF: 6 pp/101 Ko] et une vidéo sur YouTube  (en anglais) qui fournissent une réflexion théologique approfondie sur la question de la mort assistée.

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Stéphane Gaudet

Coordonnateur du programme Témoignage et mission

Église Unie du Canada

Tél: 514 284-1675

Courriel: sgaudet@egliseunie.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *