L'Église Unie du Canada

Menu

Actualités

Les vies noires comptent à l’Église Unie du Canada

« Nous affirmons que les vies noires comptent », déclare l’exécutif du Conseil général.

UNIS CONTRE LE RACISME

L’exécutif du Conseil général a émis hier (le 18 juin 2020) une déclaration affirmant, sans équivoque, que les vies noires comptent pour l’Église Unie du Canada. L’exécutif affirme que le racisme est un péché et admet que l’Église n’a pas adéquatement confronté le racisme au sein de ses paroisses et de ses instances. Comme le stipule la lettre aux membres :

« Nous confessons le fait que notre Église Unie n’a pas toujours été un tel sanctuaire, dénué de racisme. Nous déplorons notamment la participation de l’Église à l’injustice raciale et constatons à regret que le racisme systémique à l’égard des Noirs est toujours présent dans nos structures. L’Église n’a pas toujours été fidèle à ses valeurs et à l’image qu’elle a d’elle-même. Nous demandons pardon d’avoir fait la sourde oreille aux souffrances de nos sœurs et de nos frères noirs et de ne pas y avoir réagi. »

L’exécutif s’engage à faire de l’élimination du racisme une priorité et invite l’Église à poser les gestes suivants :

  • S’engager publiquement, lors des cultes comme dans d’autres contextes, à soutenir l’affirmation selon laquelle les vies noires comptent.
  • Faire une démarche de conscientisation sur le racisme à l’égard des Noirs et l’enjeu des privilèges des Blancs.
  • Nommer et dénoncer le racisme à l’égard des Noirs et les privilèges des Blancs là où ils se manifestent dans notre vie personnelle, nos communautés de foi, les structures de l’Église Unie du Canada et dans la société canadienne.
  • Mettre en place des espaces sécuritaires pour que les personnes de couleurs puissent signaler des incidents de harcèlement raciste et accéder à des recours de redressement.

La lettre est la réponse à la vague de manifestations Black Lives Matter [Les vies noires comptent] qui déferle sur tout le continent. Elle fait aussi partie de la réponse continue de l’Église aux interventions qui ont été faites dans les dernières heures du 43e Conseil général, en août 2018, lorsque nombre de membres du clergé et de fidèles ont témoigné de leurs propres expériences douloureuses du racisme au sein de l’Église. Malgré ses bonnes intentions, l’Église n’a pas pleinement mis en place des mesures concrètes. Or dans sa déclaration, l’exécutif s’engage fermement à changer les choses, et conclut :

« N’aimons pas seulement en paroles, avec de beaux discours; faisons preuve d’un véritable amour qui se manifeste par des actes! » Voilà des paroles qu’aucun membre de l’Église Unie, conformément à notre engagement confessionnel à « recherche la justice et à résister au mal », ne peut ignorer.

Vous pouvez télécharger la version complète de la déclaration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *