L'Église Unie du Canada

Menu

La Parole sur le pouce, pour nourrir son âme

| ARTICLES ET REPORTAGES |
| par Suzanne Grenier |

 

 

On y vient un peu comme dans un café, un bistrot de quartier. On y rencontre des habitués, et aussi régulièrement de nouveaux visages. Sur l’heure du midi, le vendredi, La Parole sur le pouce offre ainsi, par petites bouchées, de la nourriture pour l’âme. On y trouve en fin de compte ce que chacun, chacune aura mis en commun.

L’hôtesse chaleureuse, c’est la pasteure Darla Sloan, de l’Église Unie Saint-Pierre et Pinguet. Depuis Québec, sur ZOOM, elle propose une formule participative qui favorise des conversations respectueuses, de qualité. C’est elle qui concocte le menu principal : des extraits bibliques connus ou moins connus, et des questions qui finissent toujours par trouver des échos ou faire réfléchir.

La magie, c’est qu’on soit de l’Abitibi ou de Bretagne, de Sainte-Foy ou du Saguenay, on se rassemble en un même lieu, chacun, chacune avec ses anecdotes, ses réflexions et son bagage d’expériences unique. Mine de rien, La Parole sur le pouce permet de voyager. Et d’entrer en contact avec des personnes de tous les âges et d’une diversité de milieux.

Ces rendez-vous du vendredi midi donnent beaucoup à méditer, enclenchent souvent des prises de conscience, mais la formule est pensée pour mettre les gens à l’aise.

À quoi s’attendre, concrètement?

À l’arrivée, il suffit de se présenter, en mentionnant le lieu d’où on vient et, si on veut, quelques détails significatifs. Lors de leur première visite, certaines personnes choisissent de rester en retrait, pour observer comment se passe la rencontre, et cela est tout à fait accepté.

Au fil des échanges, la prise de parole se fait par relais, sur une base volontaire : la personne qui vient de parler en invite une autre à s’exprimer, et cette autre personne a le choix d’accepter l’invitation ou de passer son tour, si elle n’a rien à dire sur le sujet ou si elle n’est pas prête à formuler un point de vue.

Le déroulement typique consiste en une lecture en trois temps de l’extrait biblique choisi. D’abord, les premières impressions : on partage un mot, une phrase, une image qui a attiré notre attention. Ensuite, une nouvelle lecture est orientée par des questions plus ciblées ou d’approfondissement, assez souvent concrètes, qui amènent à fouiller en soi ou à se voir en situation. Enfin, la troisième lecture débouche sur un bilan des échanges, en vue si possible de dégager une idée, une matière à réflexion, un nouvel objectif, que l’on emportera chez soi et dans le monde.

Par exemple, un extrait de la Première Épître aux Corinthiens contient cette phrase : « En chacun l’Esprit saint se manifeste par un don pour le bien de tous… ». Et cette autre, qui a attiré l’attention de plusieurs : « Eh bien, le Christ est semblable à un corps qui se compose de plusieurs parties. Toutes ses parties, bien que nombreuses, forment un seul corps. » Quels sont nos dons personnels? À quelle partie du corps nous identifions-nous? Comment collaborons-nous, facilement ou non, avec des personnes ayant d’autres dons? L’inspiration biblique se prête à des interprétations en plusieurs couches et ouvre la porte à plein de questions qui nous renvoient à notre présence dans le monde et à la vie d’aujourd’hui.

La Parole sur le pouce est une pause de ressourcement toute simple, qui apporte un peu d’élévation à la routine du vendredi.

Que l’on soit de passage ou que l’on cherche un point d’ancrage régulier, pourquoi ne pas venir faire un tour?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *