L'Église Unie du Canada

Menu

La foi et la démocratie à l’œuvre au 43e Conseil général

| ARTICLES ET REPORTAGES |

| Par Suzanne Grenier |

Du 21 au 27 juillet, à Oshawa, 351 personnes déléguées de partout au pays vont redéfinir ensemble les grandes orientations de la principale Église protestante au Canada.

Banniere des Ministeres en francais

 

Alors que s’amorcent les « vacances de la construction », des pasteurs et pasteures et de nombreuses personnes laïques vont prendre part au grand chantier démocratique qui a lieu tous les trois ans au sein de l’Église Unie du Canada.

Le rassemblement estival comportera plusieurs volets : des rencontres et conférences, célébrations, manifestations culturelles regroupées en un Festival de la foi, suivi des diverses étapes du processus de décision du 43e Conseil général, qui mènera entre autres à l’adoption de « renvois » – soit des orientations soumises depuis le précédent Conseil général à un examen par les communautés qui forment l’Église – et au choix de la prochaine personne qui occupera la fonction de modérateur ou modératrice pour un mandat non renouvelable de trois ans. Le Conseil général de 2018 est une intéressante occasion de voir comment chemine une grande organisation dépourvue d’un système d’autorité pyramidal.

 

Depuis longtemps d’avant-garde

Les francophones ont toujours été présents dans l’Église Unie, mais il reste que ce mouvement protestant a connu un rayonnement limité dans une société traditionnelle massivement catholique. Au fil des décennies, l’Église Unie est toutefois devenue pour plusieurs chrétiens et partenaires un repère inspirant, par ses positions souvent d’avant-garde.

En 1936, alors que les femmes n’avaient pas encore le droit de vote au Québec, l’Église Unie ordonnait une femme au ministère pastoral. En 1988, elle acceptait l’ordination de personnes homosexuelles. Dès 1986, elle présentait des excuses officielles aux Premières Nations, prélude aux nombreuses initiatives plus récentes dans l’esprit de la démarche « Vérité et Réconciliation ».

 

Attentive aux enjeux d’aujourd’hui

En 2018, l’Église Unie est en phase avec les grandes questions qui préoccupent les personnes en quête de spiritualité et ayant une volonté d’engagement social dans un monde enrichi par la diversité des cultures, mais souvent heurté par les effets des injustices et de l’incompréhension.

Au cours des activités associées au 43e Conseil général, il sera notamment question de santé mentale, d’accompagnement en fin de vie, de religion hors des églises, de réseaux communautaires et de voisinage, de justice raciale, de décolonisation et d’interculturalisme, de capacitisme, d’expériences transgenres et des étapes qui subsistent pour une pleine inclusion des personnes LGBTQ2+.


Le 43e CG sur le vif

Aujourd’hui Credo sera sur place toute la semaine pour vous transmettre le pouls de cet événement et offrir des mises en contexte.

Par ailleurs le site de l’Église Unie du Canada offre une information détaillée en français sur le 43e Conseil général.

Et pour une couverture et des vidéos en direct, rendez-vous sur la page Facebook!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *