L'Église Unie du Canada

Menu

Actualités

Gaza : Personne ne devrait être tué pour sa participation à une manifestation pacifique

Une Palestinienne tient son enfant souffrant à la suite d’une inhalation de gaz lacrymogène lors d’une manifestation près de Beit Lahiya, dans la bande de Gaza, le 14 mai 2018. Photo : Associated Press/Dusan Vranic

L’utilisation d’une force excessive à Gaza est une odieuse violation du droit international

 Voici ce que le SEIGNEUR dit :
« Dans Rama, on entend une plainte, des pleurs amers.
C’est Rachel qui pleure sur ses enfants.
Elle ne veut pas être consolée, parce qu’ils ne sont plus. »

– Jérémie 31,15 PDV

Comme Rachel pleure sur ses enfants, les membres de l’Église Unie du Canada sont en deuil avec les familles des personnes tuées à Gaza, et prient pour le rétablissement des nombreux blessés. L’Église Unie est solidaire de ses partenaires israéliens et palestiniens dans la condamnation des récentes violences perpétrées envers des manifestants non armés à Gaza. L’appel à l’action pour les membres de l’Église Unie est de demander au gouvernement canadien (en anglais) d’exiger l’arrêt immédiat des actions violentes et d’assumer un rôle de leader international dans la négociation d’une paix juste dans la région.

L’Église souhaite notamment rapporter ces mots d’une déclaration [en anglais] de l’évêque Sani Ibrahim Azar de l’Église évangélique luthérienne en Jordanie et en Terre sainte (une partenaire de l’Église Unie) : [traduction] « Nous croyons que ces actions violentes envers les civils palestiniens vont entraver les efforts potentiels de paix et de réconciliation entre Israël et la Palestine et ne vont conduire qu’à davantage de violence et d’effusion de sang. »

Le 15 mai 2018 marque la 70e commémoration annuelle de la Nakba (le terme signifie « la catastrophe »), l’exode de 750 000 Palestiniens qui ont dû prendre la fuite ou qui ont été expulsés avec violence de leur foyer pendant la guerre de Palestine de 1948. Des dizaines de milliers de Palestiniens ont entrepris une période de protestation de six semaines, qui a débuté le 30 mars et se termine le jour de la Nakba, par une marche pacifique en direction de la barrière séparant la bande de Gaza et Israël. « La marche du retour », organisée par des membres de la société civile et des militants de la base, est un appel à mettre fin à des années de blocus israélien à Gaza.

Le 14 mai, en violation du droit international, l’Armée israélienne a utilisé des munitions réelles contre les manifestants à Gaza, tuant au moins 55 personnes et en blessant plus de 2 400. Amnistie internationale a qualifié ce geste « de violation des normes internationales, et dans certains cas il semble que nous soyons face à des homicides délibérés, qui constituent des crimes de guerre ».

Dans une déclaration publiée le 16 mai, le premier ministre Trudeau a exprimé la « consternation » du Canada face aux pertes de vies à Gaza et a qualifié d’« inexcusable » l’emploi présumé d’une force excessive et de munitions réelles. Il a revendiqué la fin de la violence, la réalisation d’une enquête immédiate et indépendante, et une solution à deux États d’un commun accord entre la Palestine et Israël. L’Église Unie du Canada est encouragée par la volonté du Canada de contribuer à cette enquête qui répondra à cette situation grave.

Nous exhortons les membres de l’Église Unie à répondre à cet appel à l’action (en anglais) en contactant la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, ainsi que leur député au Parlement pour leur demander de prendre la parole et de condamner les assassinats et les blessures infligées aux manifestants palestiniens tout en exigeant la fin du blocus en cours à Gaza.

Dans une lettre récente envoyée au premier ministre Justin Trudeau, l’Église Unie réclame une enquête au sujet des violences perpétrées à la frontière entre Gaza et Israël. Notre Église y fait cette mise en garde : à défaut que le Canada et d’autres pays fassent respecter le droit international et les règles internationales de gouvernance, de nombreux autres Palestiniens innocents risquent d’être tués dans la foulée du début de la marche du retour. Le Conseil des Églises du Moyen-Orient, un partenaire de Mission & Service à Gaza, prédit que, sans l’intervention de la communauté internationale pour l’empêcher, la progression du nombre de morts sera inévitable, compte tenu des intentions déclarées des militaires israéliens de poursuivre l’utilisation de munitions réelles meurtrières.

L’Église Unie du Canada a établi des relations de longue date en Palestine et en Israël. Depuis plus de cinquante ans, les Églises canadiennes soutiennent les groupes de chrétiens palestiniens dans les territoires palestiniens occupés, en fournissant des services essentiels (tels des soins médicaux et de la formation à l’emploi), en appuyant la société civile et les efforts non violents pour mettre fin à l’occupation.

Pour plus d’information, veuillez communiquer avec :

Christie Neufeldt
Coordonnatrice de programme, témoin publique, plaidoyer et campagnes
L’Église Unie du Canada
416-231-7680, poste 4078
1-800-268-3781 ext. 4078
cneufeldt@united-church.ca

Consulter également :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *