L'Église Unie du Canada

Menu

Entretien avec le pasteur Gesner Paul au sujet d’Haïti

| ARTICLES ET REPORTAGES |

| par Suzanne Grenier |

 

Comment la communauté haïtienne regroupée autour de l’Église méthodiste de Montréal vit-elle la crise majeure qui secoue le pays? Quels sont les espoirs?

Des nouvelles inquiétantes nous parviennent d’Haïti. Alors que cette fois la colère gronde pour dénoncer la corruption et ses conséquences, nous sommes tous frappés par la ténacité dont fait preuve sa population. Depuis plusieurs années, l’Église Unie soutient des activités d’éducation, de secours d’urgence et de reconstruction à travers ses liens avec l’Église méthodiste haïtienne. Pour obtenir un éclairage sur la situation actuelle, le responsable des Ministères en français, Éric Hébert-Daly, s’est donc entretenu avec le pasteur Gesner Paul, qui vient de terminer son mandat comme bishop de cette Église partenaire et demeure actif dans la paroisse méthodiste haïtienne à Montréal.

Le pasteur confirme l’ampleur des difficultés que vivent au jour le jour les gens en Haïti et qui se répercutent dans la diaspora. La situation d’insécurité entraîne des gestes de partage, qui sont une source d’espoir à travers le chaos. Si la foi dans le Bon Dieu Bon se dégage sans aucun doute comme un vecteur de résilience, elle se greffe parfois à une attitude de résignation que Gesner Paul souhaite combattre. « Dieu n’est pas un mécanicien », souligne-t-il.

Le pasteur méthodiste se désole que les conditions d’une stabilité politique ne soient pas réunies, car celle-ci serait nécessaire pour mettre en œuvre des politiques susceptibles de réorienter en profondeur l’évolution d’Haïti. Gesner Paul aurait voulu qu’un gouvernement ait véritablement la chance de gouverner en ce sens, sur le long terme. La crise de confiance est toutefois bien réelle, et le pasteur reconnaît avec regret que le dirigeant actuel s’est trouvé dans une posture où il allait être éclaboussé.

« Est-ce que je peux transformer le désert en un lieu où je peux produire? » Le message de Gesner Paul est celui d’une foi active, qui incite à prendre son destin en main.

Au cours de l’entretien, le pasteur expose quelques-uns des éléments clés d’un projet de société viable pour Haïti – un leadership politique intègre et qui pense au peuple, une justice qui joue son rôle, une décentralisation adaptée au fait qu’Haïti est une société agricole, la participation des communautés locales et un virage du système éducatif vers une formation qui soit davantage de type professionnel.

Le pasteur a donné des nouvelles de l’école secondaire de Duplan, dont l’Église Unie a financé une partie importante de la construction, grâce aux dons à Mission & Service. Comme les élèves peuvent s’y rendre à pied, nous dit-il, les classes semblent se poursuivre en dépit de l’insécurité sur les routes.

Quant à la paroisse de l’Église méthodiste haïtienne de Montréal, qui compte près d’une centaine de membres actifs, ses ressources matérielles demeurent modestes. Cette communauté bien vivante cherche encore un lieu de culte adéquat où se réunir. Y aurait-il des possibilités, un endroit auquel personne n’a encore pensé pour l’accueillir?


PRIÈRES POUR NOTRE TEMPS

Dieu saint et tout bon, nous t’en supplions, sois le guide de ton peuple pour qu’il marche en nouveauté de vie.

Une prière pour le peuple haïtien dans Aujourd’hui Credo


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *