L'Église Unie du Canada

Menu

Actualités

Des inquiétudes concernant la vente d’armes à l’Arabie saoudite

L’Église Unie du Canada exhorte le Canada à cesser la vente de véhicules blindés à l’Arabie saoudite, l’un des pires pays violateurs des droits de la personne.

 

La question de la paix est au cœur même de la bonne nouvelle proclamée par Jésus. L’Église Unie est convaincue que l’œuvre de paix et le travail de justice doivent tous deux guider nos actions dans le monde.

 

1021677324Dans une récente lettre adressée à Stéphane Dion, ministre des Affaires étrangères, au nom de l’Église Unie, Michael Blair, ministre exécutif, demande au gouvernement de cesser de vendre des véhicules blindés à l’Arabie saoudite. Selon la règlementation dont le Canada s’est doté, « le gouvernement du Canada s’efforce de veiller à ce que les exportations de marchandises militaires du Canada ne nuisent pas à la paix, à la sécurité ou à la stabilité dans n’importe quelle région du monde ou à l’intérieur de n’importe quel pays. » Le Canada a aussi l’obligation d’exercer une surveillance étroite des exportations militaires dans les pays « où les droits humains de leurs citoyens font l’objet de violations graves et répétées de la part du gouvernement ».

L’initiative Project Ploughshares, un organisme ecclésial canadien qui a pour mission de faire de la recherche et d’offrir un leadership en matière d’actions pour la paix, a exprimé certaines inquiétudes quant à l’absence de transparence concernant cette transaction. D’une valeur de 15 milliards de dollars, cette exportation est la plus importante de toute l’histoire canadienne.

En armant l’Arabie saoudite, l’un des pires pays violateurs des droits de la personne, « le Canada n’aura bientôt plus aucune crédibilité lorsqu’il proclamera la nécessité de déployer des efforts à l’échelle internationale pour protéger ces mêmes droits », a affirmé Cesar Jaramillo, directeur exécutif de Project Ploughshares, dans un article récemment publié (en anglais) dans le Globe and Mail. Que les véhicules inclus dans cette vente soient utilisés ou non pour violer les droits de la personne, le Canada a la responsabilité de faire respecter le droit international et de promouvoir ces droits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *