L'Église Unie du Canada

Menu

Actualités

Des décisions importantes en commissions

Traduit et adapté de Jim Cairney et Kevin CoxVote

Le 42e Conseil général de l’Église Unie du Canada a pris hier des décisions importantes lors du travail en commission.

Quelques propositions ont été adoptées concernant Israël et la Palestine. L’une d’elles réaffirme le « droit des Palestiniens et des Israéliens à l’autodétermination et que toute décision concernant le statut d’État doit être prise par les populations qui vivent en Israël-Palestine ». Une autre réaffirme le droit des Israéliens et des Palestiniens de vivre dans la paix à l’intérieur de frontières reconnues par la communauté internationale. Le Conseil général a également voté en faveur d’un renforcement des stratégies et des actions adoptées au dernier Conseil général en 2012 pour contribuer à résoudre le problème de l’occupation illégale des territoires palestiniens par l’État d’Israël. Ce renforcement comprend « la création et l’élaboration, en coopération avec nos partenaires, d’un programme d’éducation et de promotion en lien avec l’adoption de sanctions économiques et de stratégies de désinvestissement contre toutes les sociétés et institutions qui sont complices de l’occupation illégale et en tirent des bénéfices.»

De plus, le Conseil général appelle le gouvernement canadien à déclencher une enquête publique sur les disparitions et assassinats de femmes autochtones. Les paroisses et les ministères de l’Église Unie sont invités « à rappeler chaque année la mémoire des femmes autochtones disparues et assassinées au moyen de l’éducation et de la prière, en particulier le dernier dimanche avant le 4 octobre, date de la veille annuelle de Sœurs par l’esprit, tenue partout au Canada ».

Sur un autre sujet, les délégués-es du Conseil général pressent l’Église Unie de vendre ses avoirs de 8,7 millions de dollars dans l’industrie des combustibles fossiles et de réinvestir ces fonds dans le domaine des énergies renouvelables. Le Conseil général demande à ce que le Conseil de retraite de l’Église Unie du Canada examine l’étendue et la raison d’être de ses investissements dans l’industrie des combustibles fossiles et détermine si ces « avoirs sont en harmonie avec l’impératif chrétien de rechercher la justice, de résister au mal et de vivre avec respect dans la Création ».

Le Conseil général a aussi exprimé le souhait que son Conseil de retraite vende ses actions de Goldcorp, une compagnie minière. La motion demande à la Secrétaire générale « d’informer le Conseil de retraite de l’Église Unie du Canada que la volonté de l’Église est de se défaire de ses actions de Goldcorp et de rendre ce geste public ». Au 30 juin 2015, le Conseil de retraite de l’Église Unie du Canada détenait directement 66 700 actions de Goldcorp, pour une valeur de 1 352 000 $.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *