L'Église Unie du Canada

Menu

Actualités

De la modératrice : Le respect des droits démocratiques

La modératrice exhorte le Premier ministre Trudeau à protéger les gestes non violents posés en faveur d’une paix juste.

 

Monsieur le Premier ministre Trudeau,

En ce temps de discernement et de réflexion du Carême, je vous transmets les salutations de l’Église Unie du Canada. On a porté à mon attention cette motion présentée à la Chambre des communes :

photo_moderator-jordan-cantwell« Que, étant donné l’amitié et les relations économiques et diplomatiques de longue date qui unissent le Canada et Israël, la Chambre rejette la campagne du mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), qui encourage la diabolisation et la délégitimation de l’État d’Israël, et prie le gouvernement de condamner toute tentative de la part d’organismes, de groupes ou de particuliers du Canada de promouvoir le mouvement BDS, ici et à l’étranger. »

C’est au nom de l’Église Unie du Canada que je souhaite vous faire part de ma vive inquiétude quant à cette motion. Lors de votre campagne, vous avez exprimé votre vigilance pour le soutien et la défense de l’engagement fondamental du Canada envers la démocratie. Nous demandons à votre gouvernement de rejeter cette motion et d’affirmer les libertés fondamentales « de pensée, de croyance, d’opinion et d’expression » telles qu’enchâssées dans la Charte canadienne des droits et libertés.

L’Église Unie agit selon une vision du Canada en tant que société juste, au sein d’un monde axé sur la bienveillance, et y intervient par des gestes d’engagements réfléchis. Cela se reflète dans l’engagement de l’Église à collaborer avec d’autres groupes et individus qui recherchent la paix et la justice pour Israël et la Palestine. Cette démarche prend racine dans l’exhortation de l’Évangile à être des artisans de paix ainsi que dans l’appel de nos partenaires palestiniens et israéliens à nous joindre à eux pour œuvrer en faveur d’une paix juste pour les deux peuples.

L’Église Unie dénonce toute tentative de remise en question du droit à l’existence d’Israël ou de sa légitimité en tant qu’État. L’Église pratique une « tolérance zéro » à l’égard de l’antisémitisme sous toutes ses formes et dans tous les contextes. Nous vous exhortons, vous et votre gouvernement, à vous associer aux efforts mondiaux pour mettre fin, de façon non violente et négociée, à l’occupation et pour promouvoir une paix juste entre Palestiniens et Israéliens.

L’Église Unie du Canada ne considère pas faire partie du mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS). Cependant, nous défendons fermement les droits et les libertés démocratiques, dont le droit citoyen à l’expression d’une critique constructive à l’égard des gouvernements, qu’ils soient au Canada ou ailleurs dans le monde. L’Église Unie du Canada est solidaire des groupes et des individus qui exercent ce droit de façon non violente et pacifique. Nous vous demandons donc de soutenir résolument la démocratie et de rejeter cette motion.

Mes prières ainsi que les prières de notre Église sont avec vous dans l’exercice de votre leadership au nom de notre nation. Que Dieu vous bénisse et vous guide.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’assurance de ma considération respectueuse.

Jordan Cantwell, pasteure
Modératrice
L’Église Unie du Canada

cc :
L’honorable Rona Ambrose, chef, Parti conservateur
Tom Mulcair, chef, Nouveau parti démocratique
Rhéal Fortin, chef, Bloc Québécois
Elizabeth May, chef, Parti vert du Canada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *