L'Église Unie du Canada

Menu

Peuples autochtones et relations justes

Les excuses n’étaient qu’une minuscule ouverture

| NUMÉRO HORS SÉRIE « VÉRITÉ ET RÉCONCILIATION : LES AUTOCHTONES ET L’ÉGLISE » | | Par Kristine Greenaway |   L’année 2016 soulignait le 30e anniversaire des excuses présentées par l’ancien modérateur Robert Smith aux Aînés et Aînées autochtones pour les torts infligés aux populations autochtones par l’Église. Les Aînées et les Aînés autochtones de l’Église Unie

En savoir plus

30e anniversaire de la Déclaration d’excuses de l’Église Unie aux peuples des Premières Nations (2016)
– Une litanie

  | NUMÉRO HORS SÉRIE « VÉRITÉ ET RÉCONCILIATION : LES AUTOCHTONES ET L’ÉGLISE » |   Cette litanie, avec son historique, se réfère aux souvenirs du pasteur Stanley McKay, ancien modérateur, et à ceux d’autres personnes qui ont pris part aux toutes premières consultations nationales sur les ministères autochtones dans les années 1980. Texte original de la

En savoir plus

De la doctrine de la découverte à la reconnaissance du territoire

  | NUMÉRO HORS SÉRIE « VÉRITÉ ET RÉCONCILIATION : LES AUTOCHTONES ET L’ÉGLISE » |   Dans son rapport final publié en 2015, la Commission de vérité et réconciliation soulignait que la « doctrine de la découverte » se fait toujours sentir au XXIe siècle. Cette doctrine fait référence à une série de proclamations pontificales fondées sur l’idée que

En savoir plus

Le cheminement vers des relations justes est sacré : une entrevue avec Lisa Byer-de Wever

| NUMÉRO HORS SÉRIE « VÉRITÉ ET RÉCONCILIATION : LES AUTOCHTONES ET L’ÉGLISE » | Lisa Byer-de Wever parle avec passion des gens de Kahnawake. Au cours de son mandat en tant que pasteure de la Kahnawake United Church (2016-2017), elle s’est donné pour mission de rendre l’Église plus visible. Elle a aussi décrit son rôle aux organismes

En savoir plus

Le Kanesatakeha Onkwehonweneha, une manière d’être au monde

| ARTICLES ET REPORTAGES |   Aujourd’hui Credo a rencontré l’Aîné Harvey Satewas Gabriel – ou Elder Satewas, comme on l’appelle usuellement – et sa petite-fille Samantha Wenniseri:Iostha Gabriel-Pepin dans le lieu de culte en bois blanc de l’Église Unie de Kanesatake.

En savoir plus