L'Église Unie du Canada

Menu

Actualités

Résoudre les problèmes liés à la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens

Anthony Bailey

Photo : Jordan Cantwell. © Kelly Buehler

En tant qu’une des parties à la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens (CRRPI), et en réponse à l’Appel 29 de la Commission de vérité et réconciliation, l’Église Unie s’engage à travailler en collaboration avec les personnes plaignantes qui n’ont pas été incluses dans la Convention de règlement afin de résoudre des questions de droit litigieuses. La modératrice Jordan Cantwell a rédigé une lettre ouverte portant sur trois de ces questions : le recours collectif des élèves externes, l’argument du « découpage administratif » qui nie toute compensation aux élèves de certains pensionnats, et le cas particulier des élèves de la Teulon Residence. Notez que des renseignements plus précis sur ces questions sont disponibles en annexe de la lettre (consultez le document en téléchargement ci-dessous).

Aux anciens externes du système de pensionnats indiens, aux parties demanderesses touchées par le partage administratif et aux anciens pensionnaires de Teulon,

Comme modératrice de l’Église Unie du Canada, je vous écris pour vous assurer qu’en tant que signataire de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens, l’Église Unie s’est engagée à travailler en collaboration avec les parties demanderesses qui ne sont pas visées par ce règlement.

Nous vous offrons l’assurance de notre volonté de collaborer pour résoudre rapidement au moins trois des questions en litige déjà reconnues afin de démontrer notre engagement à honorer les appels à l’action de la Commission de vérité et de réconciliation, et plus particulièrement l’appel no 29.

L’Église Unie du Canada a présenté des excuses aux peuples des Premières Nations, une première fois en 1986, et s’est excusée en 1998 auprès des anciens pensionnaires, de leur famille et de leur communauté. Chaque jour qui passe permet de mieux comprendre tous les préjudices qu’ont subis les enfants dans les activités quotidiennes des pensionnats et fait prendre conscience de la responsabilité de réparer les torts causés et de tisser des relations mutuellement respectueuses et équitables.

Nous reconnaissons le grand nombre d’élèves qui ont fréquenté les pensionnats affiliés à l’Église Unie en tant qu’externes et l’autorisation qui leur a été accordée d’intenter un recours collectif. Nous constatons que les élèves de jour ont été privés de la compensation monétaire prévue dans la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens de 2016. Nous reconnaissons que les externes ont également subi la perte de leur langue et de leur culture.

Nous sommes heureux que le Canada ait revu sa position et ne cherche plus à appliquer le principe du partage administratif, au moins dans certaines circonstances.

Nous savons que certaines personnes ayant fréquenté les écoles ou les pensionnats, comme le pensionnat de Teulon, n’ont pas été incluses dans la première liste des établissements admissibles, et qu’elles réclament toujours l’admissibilité. L’Église Unie du Canada a manifesté son soutien et appuie la demande des anciens élèves de Teulon.

Pour en savoir plus sur la nature de ces trois questions en litige et sur le rôle que l’Église Unie y joue, veuillez consulter l’annexe ci-jointe.

En tant que modératrice, j’ai fait de la réconciliation et des bonnes relations des priorités absolues durant mon mandat (d’août 2015 à juillet 2018). Par conséquent, je suis déterminée à faire en sorte que notre Église continue de respecter nos engagements. Je prie pour que nous, en tant que parties à ce règlement, continuions de travailler ensemble à parvenir à une résolution équitable pour les externes, pour ceux et celles qui ont subi la période du partage administratif des activités, et ceux et celles qui ont vécu au pensionnat de Teulon. Nous sommes disposés à vous écouter.

Je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs.
Jordan Cantwell, pasteure
Modératrice

Téléchargement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *