L'Église Unie du Canada

Menu

Notre organisation

Conseil généralL’Église Unie compte plus de 3 000 paroisses, dans toutes les provinces et tous les territoires du Canada.

Les paroisses font partie d’un consistoire. Le consistoire est une assemblée régionale de laïques, de pasteurs et de pasteures, qui assume le rôle de supervision et de soutien dévolu aux évêques et aux diocèses dans d’autres confessions chrétiennes. La tradition protestante réformée, qui se méfie de concentrer le pouvoir dans les mains d’un seul individu et préfère le confier à des assemblées élues, explique pourquoi l’Église Unie a des consistoires plutôt que des diocèses. Il y a 86 consistoires au Canada. Le Consistoire Laurentien est un consistoire non territorial qui réunit la plupart des paroisses francophones, ce qui permet aux francophones de gérer eux-mêmes les affaires relatives à leurs communautés de foi.

Plusieurs consistoires forment un synode. Il y en a 13 au Canada, dont un synode autochtone, non territorial. Les territoires des 12 autres synodes peuvent correspondre grosso modo aux limites des provinces, mais dans les provinces les plus peuplées, comme l’Ontario, il y a plusieurs synodes dans une même province. À l’inverse, pour les provinces moins peuplées, comme dans les Maritimes, le territoire d’un synode peut englober plusieurs provinces.

Instance ultime, le Conseil général dirige l’Église Unie. Il se réunit tous les trois ans et ses membres, laïques, pasteurs et pasteures à égalité, sont élus par leurs synodes respectifs. Entre les réunions triennales du Conseil général, son Exécutif gère les affaires courantes et voit à la mise en œuvre des décisions du Conseil général au cours de son mandat de trois ans. Le Conseil général élit le modérateur ou la modératrice de l’Église pour un mandat non renouvelable de trois ans. La modératrice ou le modérateur est le chef spirituel de l’Église Unie, mais n’a pas de pouvoir de décision, lequel demeure aux mains du Conseil général.